L'enquête qui a secoué l'Allemagne en révélant que la dynastie des Quandt , principale actionnaire de BMW, avait bâti une part de son immense fortune en collaborant activement avec le régime nazi. Plusieurs grands groupes industriels allemands ont été mis en accusation après la guerre pour leur collaboration zélée et profitable avec le régime nazi et condamnés à de lourdes réparations envers les victimes. La société BMW, fleuron national de l'automobile de luxe, avait échappé à la tourmente jusqu'à la diffusion en Allemagne de ce documentaire implacable, à l'automne 2007. Au terme de cinq ans d'enquête, en Allemagne et à l'étranger, Eric Friedler a montré que les principaux actionnaires de l'entreprise, les Quandt, l'une des familles les plus fortunées du pays, avaient bâti au moins une part de leur richesse sur les atrocités du IIIe Reich.

Dès 1933, Günther Quandt, le fondateur de la dynastie, rachetait à bas prix les entreprises juives. Magda, sa première femme, le quitta pour épouser Goebbels, grand prêtre de la propagande hitlérienne, et leurs relations restèrent excellentes. Quand Hitler déclencha l'offensive, les usines Quandt participèrent activement à l'effort de guerre allemand : moteurs d'avion, motos et side-cars, pièces pour sous-marins, etc. Très vite, ce sont les déportés et les travailleurs forcés des pays conquis qui feront tourner les chaînes de fabrication, souvent dans des conditions abominables. Sur différents sites, témoigne ici un rescapé danois, la plupart des ouvriers ne survivaient pas au-delà de six mois. Après la Seconde Guerre mondiale, la fortune amassée va fructifier grâce au miracle économique allemand. Contre toute attente, la jeune génération Quandt n'a pas tenté de se dérober aux preuves en archives et aux témoignages accablants recueillis par Eric Friedler, amplement relayés par la presse. Après la diffusion du film, la famille s'est déclarée prête à faire toute la lumière sur son passé avec l'aide d'historiens.

Ce documentaire a obtenu l'un des plus grands prix du journalisme télévisé en Allemagne, le Hanns-Joachim-Friedrichs Preis.