Le 2 novembre 1979, Jacques Mesrine tombe sous les balles des policiers, à Paris. Très vite, la polémique, relayée par la presse, enfle : s'agit-il d'un assassinat pour éliminer celui que l'on nommait « l'ennemi public n°1 » ou se trouve-t-on face à un cas de légitime défense justifiant le recours aux armes.

Presque trente après, connaît-on la vérité sur la mort de Jacques Mesrine ? En 1979 l'homme le plus recherché de France fait pour la dernière fois la une de l'actualité. Jacques Mesrine vient d'être abattu par la police en plein Paris.

Braquages à main armée, enlèvement, séquestration, évasion : dans les années 70, Jacques Mesrine est la bête noire des forces de l'ordre. Ce qui au départ n'était qu'une affaire de banditisme va devenir une préoccupation majeure du gouvernement du Président Valéry Giscard d'Estaing.

Retour sur le destin hors du commun de Jacques Mesrine. Nous avons retrouvé les témoins de l'époque. Ils parlent et racontent les mystères qui entourent le parcours et les circonstances de la mort de Jacques Mesrine, l'ennemi public numéro 1.