Après la seconde guerre d’Irak, Bagdad n’est plus que l’ombre d’elle-même. En l’an 1000 elle était pourtant la capitale de l’Islam, une religion née au début du VIIe siècle que les Arabes ont imposé au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et même en Espagne, avant d’être stoppés à Poitier par Charles Martel. Située au carrefour des routes commerciales vers l’orient et l’occident, Bagdad était alors surnommée ‘La citée de la Paix’. Profitant de la richesse générée par un commerce florissant qui s’étendait jusque chez les Vikings et les confins de l’empire chinois Tang, la ville avait rassemblé une formidable bibliothèque, des artistes, des penseurs. Cette richesse intellectuelle sera à l’origine de la renaissance européenne, rendue possible grâce à la redécouverte et les traductions des écrits des auteurs classiques, autant que par les progrès arabes, en particulier en médecine. A l’aide de reconstitutions en trois dimensions, ce documentaire nous explique la structure de la ville de Bagdad en l’an mille et l’apport de la culture arabe. La ville sera malheureusement pillée et détruite par des cavaliers Mongols au XIIIe siècle.