(4 épisodes) Et si l’on pouvait travailler à l’échelle des atomes ? Et qui plus est, si l’on pouvait les manipuler ! Le premier à avoir évoqué cette hypothèse est un certain Richard Feynman. Nous sommes dans les années 50… il ne le sait pas encore mais ses travaux seront, quelques années plus tard, auréolés d’un prix Nobel. Pour l’instant, son intuition se borne à « arrêtons de chercher à réduire, construisons à partir de l’infiniment petit, à partir de l’atome ». Oui, mais construire quoi ? Et surtout comment ?



Partie 2 de 4

Lorsque l’on parle d’un nouveau matériau, il faut bien faire la distinction entre sa surface à l’extérieur et sa structure interne. Pour le moment, on ne sait qu’agir sur la surface du matériau, en agissant sur son revêtement. C’est la phase « un » des nanotechnologies pour ce qui est de la science des matériaux. Ce qui est déjà un exploit ! Démonstration avec un tissu totalement imperméable.



Partie 3 de 4

Nous voici cette fois à Berlin... A l’Hôpital de la Charité, vénérable institution de la capitale allemande, qui est à la pointe des traitements de lutte contre le cancer, grâce aux nano bio-technologies. Ici, le professeur Andreas JORDAN développe des traitements révolutionnaires contre le cancer. Il en est aux derniers tests avant la mise sur le marché.



Partie 4 de 4

Nous sommes en 2015. Scénario catastrophe : une usine de fabrication de nanotubes de carbone a explosé en Corée du Sud libérant dans l’atmosphère des dizaines de tonnes de nanoparticules. Ce scénario est l’un des trois scénarios d’anticipation qui sont ressortis d’une étude de dix-huit mois de l’Union Européenne sur les implications sociétales, éthiques et légales des nanosciences et nanotechnologies. Ce scénario est, bien entendu, le plus catastrophique, celui où personne ne régule quoi que ce soit.